• J'étudie en ce moment avec tous mes élèves l'album "Si j'étais" de la Collection violette de Ribambelle. C'est un support riche en langage, notamment pour que les élèves s'expriment sur leurs envies, mais aussi sur l'utilisation ou la création de rimes par la suite.

    si j'étais couverture

    Pour tous les niveaux, oui oui!

    • les maternelles écouteront et répondront aux questions orales, puis suivra de la dictée à l'adulte et de la copie probablement.
    • les élèves de début CP liront en autonomie les pages avec le soutien de pictogrammes makaton pour leur donner le gout de lire des livres seuls + langage oral + production d'écrit
    • les élèves de CP/CE1 auront à disposition un tapuscrit avec une aide visuelle des sons complexes (méthode borel maisonny). Nous étudierons donc les sons /ai/ et /ou/ grâce à cet album. Les aides peuvent être rabattues à l'arrière, découpées pour être réutilisées ultérieurement + langage oral + production d'écrit

      si j'étais aperçu tapuscrit ime handicap lecture

    Télécharger « Tapuscrit si j'étais IME handicap lecture.pdf »

    Pin It

    votre commentaire
  • Beaucoup moins présente, beaucoup de changements... Mais ça n'empêche, je reste enseignante en IME, avec des idées plein la tête.

    Pas toujours le temps de vous les partager, mais je vais tenter de revenir de temps à autre!


    votre commentaire
  • J'ai découvert cette super idée sur le blog d'Onaya : réaliser une fiche de renseignement façon facebook!

     

    Hop, ayant des petits petits niveaux, j'ai décidé de modifier et de différencier les fiches.

    Niveau 1: Ecrire son prénom (au moins) puis dessiner ou coller pour remplir les cases.

    Niveau 2: Un peu plus d'écriture, voir de copie pour les élèves.

    Niveau 3: Toujours plus compliqué, plus de lignes à remplir.

    Pour les trois niveaux, on peut aussi évaluer le découpage et la logique (les photos sont trop grandes!) en leur donnant leur photo prise auparavant!

    Fiche de renseignement pour tous cycles! façon Facebook

     

    Cliquez ICI pour télécharger les documents

     .

    Pin It

    votre commentaire
  • Coucou tout le monde! 

    Beaucoup de changements l'année dernière ont eu raison de ma santé... déménagement, travaux à la maison, des soucis administratifs qui m'ont fait retourner dans le milieu ordinaire (4 quarts temps, 2 triples niveaux, de la mater au CM2...) : ma santé n'a pas tenu. Le fameux burn-out.

    D'abord, c'est quoi le burn-out? Le burn-out, c'est le nom commun pour nommer l'épuisement professionnel. Brûler de l'intérieur, se consumer. Trop de stress... et le stress c'est une réaction physiologique à une agression extérieure, un danger.Sauf qu'aujourd'hui, vivre dans le stress, dans l'urgence est devenu un mode de vie pour beaucoup d'entre nous. Le corps s'épuise, et le moral baisse, voir s'effondre.

    Burn - out.

    Comment repère-t-on les symptômes?  D'abord, une grosse fatigue. Des envies de sieste, de se coucher tôt, de dormir tard. Le manque d'entrain aussi, ne plus avoir envie d'aller au travail. Les vacances qui ne suffisent plus à se reposer, le stress qui démarre dès les premières heures de travail (voir même avant...) Ca, se sont les premiers symptômes.

    Ensuite viennent les insomnies ou les nuits (trop) courtes parce que le cerveau fonctionne. "Aïe! J'ai oublié d'imprimer cette fiche pour mes élèves demain!". Puis les doutes sur les compétences, ses qualités, mais aussi la dépréciation de soi, l'irritabilité...  Et vient l'épuisement émotionnel, les larmes, les cris, les angoisses...

    « Cette personne va avoir tendance à en faire beaucoup, analyse Catherine Vasey (psychologue). Elle va penser sans cesse à son travail, se rendre toujours disponible et prendre un rythme effréné sans forcément le réaliser. Ce faisant, elle va perdre contact avec elle-même, s’oublier, et finir par ne plus tenir compte de ses limites ». 

    Et finalement, s'effondrer. (A proprement parler!)

    Retour après... Burn - out.

    Ca n'arrive pas qu'aux autres...

    Eh non! Cet état peut toucher tout le monde, hommes et femmes confondus. En général, ce sont les personnes "pillier", motivées, à grande responsabilités, perfectionnistes, dévouées à leur entreprise ou leur emploi qui sont dans ce cas-là.

     

    Que faire...?

    Déjà, consulter un médecin [si ce n'est pas déjà fait] qui peut vous orienter vers des psy (-cologue, -chiatre, comme vous pouvez) dès que vous sentez une fragilité. Et puis si ce n'est pas ça, vous aurez au moins déballer vos soucis dans une oreille experte. Et du REPOS.

    L'effondrement est là... il existe de très bons lieux de soins. Pour ma part, j'ai fait un séjour en clinique spécialisée de trois mois. Ca m'a beaucoup aidée à prendre du REPOS, mais aussi à prendre conscience de ma maladie, à la comprendre, à l'accepter. J'ai pu parler, avec les soignants mais aussi avec les autres personnes. 

     

    Et après?

    Le plus important: prendre soin de soi. Identifier les sources de stress et les priorités, faire des pauses (des vraies, dans la tête aussi!)

    Prendre conscience de ses limites... Un téléphone sonne toutes les deux minutes dans votre bureau? Laissez-le, vous ne pouvez pas tout faire en même temps. Une fiche de prép n'est pas prête? Le matériel n'est pas colorié-découpé-plastifié? Et bien, reprenez la séance d'avant et soufflez. Personne n'y verra bien, et les élèves seront contents de revoir une notion déjà abordée où ils sont à l'aise (valorisation, tout ça ...)

    C'est très difficile, c'est un long travail de LACHER-PRISE. 

     

    Allez, partons du bon pied, et

     

    BONNE RENTREE A TOUS !

     

    Pour ma part, j'ai eu neuf mois d'arrêt maladie. Demain c'est la pré-rentrée, heureusement, j'ai obtenu un poste en I.M.E, à mi-temps thérapeutique. Je ne suis pas prête. Ou plutôt, moins prête que les années précédentes. Et alors? Je prendrai le temps de connaitre mes élèves, de parler, de raconter, de les découvrir, pendant une journée, ça n'en sera que plus bénéfique pour l'ambiance de la classe.

    Et puis... J'avoue, j'ai pompé sur l'excellent site d'Onaya  :)  (et alors, elle fait du bon job, pourquoi je m'en priverais? Lâchez prise je vous dis! )

     

    D'ailleurs, je tiens à te remercier Onaya... tu as toujours été au top, et tu l'es encore! 

    Pin It

    3 commentaires
  • Toujours dans la lignée de mon précédent article sur les émotions, je réfléchis à un outil à proposer à mes élèves pour qu'ils puissent s'exprimer malgré leur handicap (pas de langage verbal, pas de possibilité émotionnelle ou psychologique...).

    Suite à la séquence proposée précédemment, il faudrait donc qu'ils puissent réinvestir leurs acquis...

    Oui, mais comment?

    Déjà, si vous avez des expériences, des idées, je suis preneuse... Merci de me donner vos billes!

    Une idée trouvée sur internet: la roue des émotions

    Exprimer ses sentiments

     Pour le moment, c'est celle que je préfère, mais je réfléchis encore à un autre moyen, peut être sous forme de petit livret détachable du mur que les élèves peuvent prendre avec eux lors des déplacements.

    Pin It

    2 commentaires