• Retour après... Burn - out.

    Coucou tout le monde! 

    Beaucoup de changements l'année dernière ont eu raison de ma santé... déménagement, travaux à la maison, des soucis administratifs qui m'ont fait retourner dans le milieu ordinaire (4 quarts temps, 2 triples niveaux, de la mater au CM2...) : ma santé n'a pas tenu. Le fameux burn-out.

    D'abord, c'est quoi le burn-out? Le burn-out, c'est le nom commun pour nommer l'épuisement professionnel. Brûler de l'intérieur, se consumer. Trop de stress... et le stress c'est une réaction physiologique à une agression extérieure, un danger.Sauf qu'aujourd'hui, vivre dans le stress, dans l'urgence est devenu un mode de vie pour beaucoup d'entre nous. Le corps s'épuise, et le moral baisse, voir s'effondre.

    Burn - out.

    Comment repère-t-on les symptômes?  D'abord, une grosse fatigue. Des envies de sieste, de se coucher tôt, de dormir tard. Le manque d'entrain aussi, ne plus avoir envie d'aller au travail. Les vacances qui ne suffisent plus à se reposer, le stress qui démarre dès les premières heures de travail (voir même avant...) Ca, se sont les premiers symptômes.

    Ensuite viennent les insomnies ou les nuits (trop) courtes parce que le cerveau fonctionne. "Aïe! J'ai oublié d'imprimer cette fiche pour mes élèves demain!". Puis les doutes sur les compétences, ses qualités, mais aussi la dépréciation de soi, l'irritabilité...  Et vient l'épuisement émotionnel, les larmes, les cris, les angoisses...

    « Cette personne va avoir tendance à en faire beaucoup, analyse Catherine Vasey (psychologue). Elle va penser sans cesse à son travail, se rendre toujours disponible et prendre un rythme effréné sans forcément le réaliser. Ce faisant, elle va perdre contact avec elle-même, s’oublier, et finir par ne plus tenir compte de ses limites ». 

    Et finalement, s'effondrer. (A proprement parler!)

    Retour après... Burn - out.

    Ca n'arrive pas qu'aux autres...

    Eh non! Cet état peut toucher tout le monde, hommes et femmes confondus. En général, ce sont les personnes "pillier", motivées, à grande responsabilités, perfectionnistes, dévouées à leur entreprise ou leur emploi qui sont dans ce cas-là.

     

    Que faire...?

    Déjà, consulter un médecin [si ce n'est pas déjà fait] qui peut vous orienter vers des psy (-cologue, -chiatre, comme vous pouvez) dès que vous sentez une fragilité. Et puis si ce n'est pas ça, vous aurez au moins déballer vos soucis dans une oreille experte. Et du REPOS.

    L'effondrement est là... il existe de très bons lieux de soins. Pour ma part, j'ai fait un séjour en clinique spécialisée de trois mois. Ca m'a beaucoup aidée à prendre du REPOS, mais aussi à prendre conscience de ma maladie, à la comprendre, à l'accepter. J'ai pu parler, avec les soignants mais aussi avec les autres personnes. 

     

    Et après?

    Le plus important: prendre soin de soi. Identifier les sources de stress et les priorités, faire des pauses (des vraies, dans la tête aussi!)

    Prendre conscience de ses limites... Un téléphone sonne toutes les deux minutes dans votre bureau? Laissez-le, vous ne pouvez pas tout faire en même temps. Une fiche de prép n'est pas prête? Le matériel n'est pas colorié-découpé-plastifié? Et bien, reprenez la séance d'avant et soufflez. Personne n'y verra bien, et les élèves seront contents de revoir une notion déjà abordée où ils sont à l'aise (valorisation, tout ça ...)

    C'est très difficile, c'est un long travail de LACHER-PRISE. 

     

    Allez, partons du bon pied, et

     

    BONNE RENTREE A TOUS !

     

    Pour ma part, j'ai eu neuf mois d'arrêt maladie. Demain c'est la pré-rentrée, heureusement, j'ai obtenu un poste en I.M.E, à mi-temps thérapeutique. Je ne suis pas prête. Ou plutôt, moins prête que les années précédentes. Et alors? Je prendrai le temps de connaitre mes élèves, de parler, de raconter, de les découvrir, pendant une journée, ça n'en sera que plus bénéfique pour l'ambiance de la classe.

    Et puis... J'avoue, j'ai pompé sur l'excellent site d'Onaya  :)  (et alors, elle fait du bon job, pourquoi je m'en priverais? Lâchez prise je vous dis! )

     

    D'ailleurs, je tiens à te remercier Onaya... tu as toujours été au top, et tu l'es encore! 

    Pin It

    Tags Tags : , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 30 Août 2016 à 20:52

    Merciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii pour ta délicate attention à mon égard!

    Je te souhaite une très belle année en espèrant fort que tous les soucis soient derrière toi.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    2
    Samedi 3 Septembre 2016 à 08:12

    Je suis passée par là aussi l'an dernier... Je pense que les conditions de travail dans le spécialisé, et dans l'éducation nationale, ne nous aident pas. 

    J'ai repris avec un peu la boule au ventre que ça recommence cette année, j'espère que je vais arriver à ne plus me rendre malade.

    En tout cas j'espère que tout ira bien pour toi et que tu passeras une bonne année sur ton nouveau poste !

      • Dimanche 4 Septembre 2016 à 15:08

        Bon courage à toi! J'ai la chance de reprendre à mi-temps et d'avoir un super binôme, nous avons à peu près le même âge et les mêmes attentes en ce qui concerne le travail.

        N'hésite pas, si tu as besoin de discuter, de râler, d'extérioriser, j'ai une oreille attentive et je sais ce que c'est :)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :